Mon oeuvre inachevée

J’ai souvent des projets qui me tiennent vraiment à cœur sans toutefois avoir le temps de les réaliser. Mon projet du 8 mars de cette année en est un bon exemple.

Je m’applique à chaque jour à faire de mieux et ce mieux est variable selon mon énergie du moment. En ce moment, après une année de pandémie, de distanciation sociale, de portage de masque, de confinement, de couvre-feu et d’isolement, mon énergie est à son plus bas… je n’ai jamais été aussi épuisée de toute ma vie… jamais je ne me suis autant ennuyée de ma famille et de mes amies même si je peux leur parler au téléphone ou les voir en visioconférence.

Je continue quand même à avancer, à faire de mon mieux, à m’occuper de mes enfants, de mon couple, de ma maison… Mais je dois faire des choix, parce que je dois me garder du temps pour moi aussi. C’est pourquoi j’ai fait le choix de ne pas terminer mon projet pour le 8 mars. Quand j’avais du temps pour travailler sur mon projet, j’ai préféré prendre un bain pour relaxer, faire une sieste pour récupérer, me coller en cuillère sur le divan avec mon amoureux pour écouter (ou plutôt m’endormir sur) un film ou un épisode d’une série.

Aujourd’hui j’ai donc une œuvre inachevée à vous présenter. Il s’agit d’un dessin qui deviendra une aquarelle. Un dessin qui exprime où je suis rendu sur le chemin de la reprise de mon pouvoir personnel, sur le chemin de la reconnexion avec mon cœur et ma puissance.

Quand mon œuvre sera terminée, je prendrais le temps de vous la présenter et de vous expliquer toutes les symboliques qui s’y trouvent.

En attendant, je vous renvoie à mon œuvre de l’an dernier qui portait aussi sur la reprise de mon pouvoir personnel et qui a fait partie de l’exposition organisé par le Centre des femmes pour le 8 mars 2020.

Louise

Aucune réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *