La violence conjugale et la socialisation

Aujourd’hui, nous unissons encore nos voix pour dénoncer la violence conjugale et cette pandémie de féminicide qui nous afflige. Un rapport inégalitaire qui nourrit le patriarcat ; l’homme a le pouvoir, l’homme décide, l’homme décide qu’il tue. Le patriarcat ne reconnaît pas les capacités et les droits des femmes. Il ne veille pas à la sécurité et au bien-être de celles-ci. Il n’agit pas en connaissance de cause. Le patriarcat est partout. Il est systémique.  Pouvons-nous faire confiance à notre système de justice et de droits? Est-il conçu pour elles?

Elles! Ces 8 femmes frappées par le féminicide. Leurs conjoints violents ont asphyxié leur âme! Ces 8 femmes ne peuvent plus partager leur amour à leurs enfants et à leurs familles. Des conjoints violents ont exercé leur pouvoir ultime et ont tué leur conjointe.

Où sont les lois? Soi-disant des mesures plus drastiques pour désamorcer les meurtriers.  Ces lois qui sont censées nous protéger.

Nous sommes indignées de voir que la socialisation nous emmène en enfer. C’est outrant!

Cette socialisation qui nous classe dans une pyramide où nous sommes en bas peu importe nos efforts. Elle nous fait croire qu’on ne peut pas exposer nos sentiments et nos émotions, et nous accuse à tort sur nos réactions.

M. Legault, votre gouvernement est complice par votre inaction. Complice par le fait de ne pas agir sur ce phénomène social. La violence conjugale n’est pas privée, ça nous concerne toutes et tous.

Nous tenons aussi à mentionner que le féminicide n’est pas ethnocentrisme. Les cris désespérés des femmes privilégiées ne sont pas suffisants pour faire sonner l’alarme et faire broncher la CAQ de sa chaise. Imaginez la bataille que doivent mener les femmes noires, celles que la société racise et les personnes non binaires. Les privilégiées sont ridiculisées par le système censé les protéger. De plus, la discrimination et les préjugés sont à son comble pour la suppression et l’invalidation de leurs vécus. Les lois ne protègent pas les privilégiées, imaginez les autres!

‘ »En ruralité, c’est aussi un défi particulier. Souvent pas de voisins pour nous aider en cas d’urgence, pas de compagnie de déménagement près, des km à parcourir pour avoir accès à des services (ça, c’est quand tu as une voiture!). C’est des petites municipalités où tout le monde se connait, mais personne n’intervient, c’est les jugements lorsqu’on va au dépanneur du village, c’est avoir des zones où notre cellulaire n’a pas de réseau. C’est être reconnue partout, tout en étant isolée » Marilyn Ouellet, 2021

Aujourd’hui, nous lançons un appel pour la réparation de ce système. Nous avons toutes un devoir à faire, celui de déconstruire cette socialisation dont les filles et les femmes ont un rôle spécifique qui leur est attribué; de même pour les petits garçons et les hommes qui nous dominent par cette socialisation.

Par cette socialisation, nous avons intériorisé que ce sont les femmes qui vont chercher de l’aide, qui doivent se protéger, se réfugier dans des maisons d’hébergement, mettre leur vie sur pause pendant que leurs conjoints violents poursuivent leur chasse en toute liberté. Renversons cette socialisation et éduquons les hommes à vivre en société, exigeons les à respecter leurs partenaires, à aller chercher de l’aide, à aller en thérapie, à exprimer et gérer leurs émotions. Tel que vous l’avez dit Monsieur Legault, il n’y a rien de virile à être violent. Commencez donc par définir la virilité avec les 190 recommandations!

Nous nous tenons ici en tant que parents, en tant que femmes, en tant qu’amies, en tant que grand-mère, en tant qu’humaine à part entière et organismes communautaires pour exiger immédiatement la mise en application des 190 recommandations soumises par le comité d’expertes auquel tous les partis ont pris part. Il y a 190 solutions pour pallier à ce fléau qui nous guette. Mr Legault attendez-vous que cette pandémie atteigne 190 femmes tuées pour les mettre en application?

Nous réclamons un changement systémique! Il ne s’agit pas de parler d’hommes à hommes comme vous le faites, il s’agit d’entendre toutes les voix et de passer à l’action!

Aucune réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *